Les Plis de la nuit

Création du 24 avril au 11 mai 1996, Le Botanique, Bruxelles

Les figures dessinées par Maurice Pasternak, peintre et graveur, sont à l’origine du spectacle Les Plis de la nuit, une chorégraphie de Michèle Noiret pour cinq danseurs.

Fascinée par l’univers étrange qu’invente l’oeuvre de Pasternak, tout en profondeur et minutie, la chorégraphe a provoqué une rencontre. Observant son travail, l’écoutant parler, elle a pressenti qu’il ne s’agissait pas uniquement de gravures, mais aussi du spectacle d’un monde vivant.
Les propositions visuelles de Pasternak catalysent mouvements et images, inspirent la mise en place des corps dans l’espace scénique. Des corps parfois débordants d’énergie, parfois apparemment absents à eux-mêmes.
Dans l’univers des Plis  de la nuit, des présences individuelles se croisent dans un espace collectif où chaque danseur semble rester seul, comme détaché de ce qui l’entoure, de ce que pourtant il touche, de ce qui le touche, voire de ce qu’il incarne. Chacun semble fléchi dans sa présence, dans sa corporalité particulière, par un sens oblique, un infime décalage, un déséquilibre perçu dans la façon de se mouvoir, dans le regard.
Cinq personnages mènent leur propre vie intérieure dans le monde obscur où ils s’enfoncent ou duquel ils surgissent. Si chaque danseur est le centre de sa danse, il est aussi dépendant des autres.

“Dans un no man’s land poétique et crépusculaire, Michèle Noiret dessine précautionneusement les allées et venues, le rythme et les rencontres impromptues...“  
“Elle désarticule, décompose, réinvente sa danse dans une langue de l’extrême délicatesse” .
”Il s’agit en quelque sorte de toujours reconstruire l’unité du groupe en assurant pourtant l’affirmation de l’individualité (...) Métaphore qui fait de la compagnie de danseurs allégorie du corps social tout entier, Les Plis de la nuit  est une grave leçon d’optimisme.”

La particularité, la force des Plis de la nuit  réside notamment dans le souci qu’a Michèle Noiret de faire émerger le détail dans la construction chorégraphique, et dans une certaine passion qu’elle nourrit pour l’étrange.

 


 

up