Langage Secret - Presse

Création le 23 avril 1994 au Palais des Beaux-Arts de Charleroi, commande de Charleroi/danses pour la Biennale Internationale de Charleroi.

" Petite, vêtue de noir, ses longs cheveux blancs sur les épaules, elle s'avance à pas menus, s'appuyant au bras de Michel Jakar qui filme le moindre de ses gestes avec passion et tendresse. C'est un peu à lui que l'on doit l'apparition d'Akarova au programme de la Biennale de Charleroi/Danses. C'est en effet pour un tournage qu'il réalisait que cette infatiagable créatrice âgée aujourd'hui de 90 ans, avait été confrontée à une série de jeunes chorégraphes contemporains. Parmi ceux-ci, Michèle Noiret, avec laquelle le courant passe immédiatement. Au point de donner naissance à un spectacle chorégraphié par l'une et dansé par l'autre. Un vrai voyage dans la machine à remonter le temps.
D'abord l'entrée d'Akarova, les salves d'applaudissements, ses mots pour dire sa joie d'être là, la chaleur du public qu'elle ressent. Puis elle quitte le plateau, cédant la place à sa cadette. Mais sa voix s'élève encore disant un texte de sa composition. Atmosphère sombre, crépusculaire, malgré le titre "Langage secret ou naissance de l'être". Dans la lumière, Michèle Noiret danse avec une grâce infinie. Dans la coulisse, Akarova elle-même l'accompagne aux percussions. Osmose parfaite entre les deux femmes pour un moment magique où on n'a pas l'impression de redécouvrir le passé mais bien d'y être propulsé par une merveilleuse machine à remonter le temps".
Jean-Marie Wynants, Le Soir, 26 avril 1994


 

up