La Crevêche - Presse

Création du solo en juin 1986, Ancienne Belgique, Bruxelles
Création du duo en novembre 1986 - Festival Gestes, Botanique, Bruxelles


"Michèle Noiret joue la naissance d'une Crevêche contrainte dans une peau, une robe touffue qui lui dissimule les membres. Virevoltant et grave, le petit personnage se dépouille de ses pelures sauvages pour sculpter une danse-miroir, sensuelle, voluptueuse et narcissique. Gant noir sur peau blanche, costume miroitant et asymétrique, la danseuse nous trouble et nous fascine quand elle démultiplie ses membres à l'infini, pieuvre douce et lascive."
Claire Diez, La Libre Belgique, 26 janvier 1988


"Qu'importe si l'on ne sait qui est La Crevêche, cet être qu'inventa son père Joseph Noiret, qu'importe si on frique quelque fois la démonstration de virtuosité. Sans support narratif ou émotif, sans recours au vague propos métaphysique destiné à vous donner l'illusion d'avoir de l'esprit, la chorégraphie des deux anciens étudiants de Mudra repose essentiellement sur le bonheur de danser, de créer de belles lignes en mouvement qui attirent immanquablement l'oeil, comme la lumière le papillon. Et l'on rode autour de la scène, espérant n'en rien perdre, "allumé" du désir, du besoin absolu de la danse. Peut-on demander beaucoup plus ?"
Françoise Nice, Le Drapeau rouge, 25 août 1987


"Michèle Noiret et Jean-Christian Chalon sont beaux à regarder. Elle, sensuelle et forte, tendue mais offerte : tout se lit sur son visage, sur son corps. Lui, délié ou retenu, brisé et souple. Ici aussi le geste s'arrête; mais c'est pour mieux "couler", donner. Rythmé, soutenu de bout en bout - presque trop - sans fausse note. Un pas de deux a le charme rétro des chorégraphies américaines des années soixantes. Sans prétention intellectuelle, sans mode d'emploi, tout est là, lisible, puissant et beau. Que demander de plus ?"
S.C., Le Soir, 7 novembre 1986


 

up