Hors-champ

Long-métrage scénique
Une danse-cinéma pour cinq danseurs et un caméraman

Création les 24, 25, 26, 27, 30 avril et 2, 3, 4, 7, 8 mai 2013 au Théâtre National à Bruxelles
Première française les 14, 15, 16 mai 2013 au Théâtre National de Chaillot à Paris.

Depuis plusieurs années, Michèle Noiret pense et construit des passerelles entre danse et cinéma. Le critique Gérard Mayen a d’ailleurs créé l’expression « danse-cinéma » pour décrire son travail. Hors-champ s’inscrit dans la continuité de cette recherche et repousse les limites de l’ambiguïté entre réalité et fiction. L’idée n’est pas de juxtaposer l’image à la danse, mais plutôt de développer une écriture scénique et cinématographique qui permette aux deux mediums de se fondre et de s’alimenter l’un l’autre pour créer une oeuvre à la croisée des genres. Plongés dans les envoûtantes compositions sonores de Todor Todoroff, cinq danseurs filmés par un caméraman, habitent la scénographie de Sabine Theunissen digne d’un décor de cinéma. Le dispositif mis en place modifie la temporalité linéaire de la représentation, il déstructure et bouleverse les perspectives spatiales. Il transforme l’espace clos de la boîte noire : les « hors-champs » filmés ajoutent de l’espace à l’espace scénique. La « réalité hallucinatoire », celle qui nous entoure et nous surprend chaque jour, est l’un des fils conducteur de cette création. Hors-champ plonge le spectateur dans un univers multidimensionnel, où la diversité des points de vue fascine et nous entraîne dans des mondes inattendus et parallèles, réels et virtuels, où se mêlent les temps présent, passé et futur.

Métrages scéniques
Le projet des « métrages scénique »  est de rassembler une série de pièces, à travers le temps, en inventant, à chaque fois, une proposition singulière. L’idée du « métrage scénique », long ou court, est d’utiliser dans l’écriture des pièces, les principes du cinéma non-narratif. Une forme où la composition même de l’image, de la lumière, de l’ambiance sonore, ainsi que la présence des interprètes, donnent sens à une « histoire » ouverte, qui se dessine et se construit sans que les mots ne soient plus nécessaires, dans un espace-temps qui, n’obéissant plus à aucune loi rationnelle, met en évidence le dynamisme pluridimensionnel de la pensée.

Synopsis
Un couple est invité à dîner dans la villa de Lise, dans une banlieue huppée. À peine sont–ils installés au salon, que le majordome et l’invité se reconnaissent. Le dîner n’aura jamais lieu.

 

 

Dossier artistique


 

up