Spectacles

Palimpseste Solo/Duo
Septembre 2016

Solo Stockhausen, créé et dansé par Michèle Noiret en 1997, continue son cheminement ; adapté au cinéma par Thierry Knauff en 2004, réinventé en 2014 sous le nom de Palimpseste, ce solo a fait au cours de la saison 2015-2016 l’objet  d’une collaboration particulière avec le danseur et chorégraphe David Drouard : ce sera le début d’un nouveau palimpseste. Création au Théâtre National de Chaillot du 27 septembre au 8 octobre 2016.


Chambre d'écoute
Janvier 2016

Création les 25 et 26 janvier 2016 pour le Jeune ballet du Conservatoire National Supérieur Musique et Danse de Lyon

 

L'Escalier Rouge
Février 2016

Michèle Noiret propose dans cette courte performance une écriture singulière, ou le passage dynamique et marquant d’un couple dont on ne connaît pas l’histoire, traverse le temps et l’espace comme un acte de résistance vivant. Création en février 2016 au Théâtre National à Bruxelles.

 

Radioscopies
Mars 2015

Michèle Noiret poursuit sa recherche artistique sur la danse-cinéma avec Radioscopies, court-métrage scénique. La première a été présentée les 12, 13, 14 mars 2015 au Théâtre Le Manège à Mons dans le cadre de Mons 2015, Capitale européenne de la culture et du Festival International Via.

 

Palimpseste Solo
Mai 2014

Michèle Noiret a choisi de revisiter le Solo Stockhausen, créé en 1997 et adapté au cinéma en 2004 par le cinéaste Thierry Knauff.

 

Carte de visite
Mars 2014

Michèle Noiret joue avec sa propre image et nous embarque pour un voyage inattendu, fait d’émotion, de clins d’œil, de distance et de plaisir. Création pour le Festival XS, au Théâtre National.

Hors-champ
Avril 2013
Cette pièce se construit autour de la question : "une réalité hallucinatoire ?". Hors-champ, tisse des liens de plus en plus étroits entre le spectacle vivant, la chorégraphie en particulier, et l’image filmée. La première a été présentée en avril 2013 au Théâtre National à Bruxelles, et en première française, en mail 2013 au Théâtre National de Chaillot, à Paris.


Hôtel Folia
Mai 2011

Commande de Frédéric Flamand, directeur du Ballet National de Marseille. Création pour les danseurs du Ballet les 6 et 7 mai 2011 à l'Opéra de Marseille. Rythmé par une écriture chorégraphique tout en contraste, la pièce mène notre regard dans des mondes multiples qui s’inventent en direct, où la vitesse côtoie l’immobilité: fascinants, énigmatiques, fragiles, intimes ou violents, toujours profondément humains.

 

Minutes opportunes
Novembre 2010

Ce spectacle réunit quatre danseurs et a été créé du 23 novembre au 4 décembre 2010 au Théâtre National à Bruxelles. Dans cette pièce, Michèle Noiret poursuit ses recherches sur le basculement des espaces et les distensions du temps, et explore le suspens et l’humour avec un regard nouveau.

 

La primultime
rencontre

Juillet 2010

Une commande de Bernard Foccroulle, directeur du Festival d'Aix-en-Provence. Solo chorégraphique conçu et dansé par Michèle Noiret, en prélude à l'opéra Un retour d'Oscar Strasnoy.

DEMAIN
Mars 2009

Pièce chorégraphique multiforme pour quatre assistants, un caméraman et une danseuse, interprétée par Michèle Noiret, a été présentée au Théâtre National à Bruxelles du 24 au 28 mars 2009. Michèle Noiret se laisse habiter par un personnage saisi par l'inacceptable du monde. Ses questions, sa révolte, sa vie intérieure et sa sensualité à fleur de peau, sont au coeur de cette chorégraphie qui tisse des liens entre différentes écritures scéniques. DEMAIN a reçu le Prix de la critique Théâtre-Danse de la Communauté française de Belgique du meilleur spectacle de danse de la saison 2008/2009.

 

De deux points de vue
Michèle Noiret / CCN - Ballet de Lorraine
Décembre 2007

Michèle Noiret, Todor Todoroff et Fred Vaillant poursuivent dans le projet De deux points de vue l'exploration des synergies possibles entre mouvement, sons et images. Deux danseurs du Ballet de Lorraine interprètent un duo qui intègre différentes techniques de captation du mouvement lié à la vidéo. Par ces liaisons entre le corps, la perception et l'espace, les interprètes se font producteurs d'une multiplicité d'univers.

 

Les Arpenteurs
Mai 2007

Les Arpenteurs, projet pour 7 danseurs et 6 percussionnistes, réunit Michèle Noiret, les Percussions de Strasbourg, le compositeur François Paris et le scénographe Alain Lagarde, avec l’idée commune de lier la construction chorégraphique à la création musicale. La première de ce spectacle co-produit par la Monnaie/De Munt a été présenté au Théâtre National à Bruxelles le 2 mai 2007.

 

Chambre blanche
Avril 2006

Cette création qui réunit quatre danseuses a été présentée pour la première fois le 26 avril 2006 dans le cadre d’une carte blanche offerte par le Théâtre Les Tanneurs. Lieu indéfinissable, impossible à rejoindre, Chambre blanche devient le paysage dans lequel les corps réinventent le monde, le lieu dans lequel le geste sculpte l’espace. Chambre blanche a reçu le Prix de la critique Théâtre-Danse de la Communauté française de Belgique du meilleur spectacle de danse de la saison 2006/2007.

 

Les familiers
du labyrinthe

Février 2005

Cette création conçue pour les danseurs de l’Opéra, répond à la commande de Madame Brigitte Lefèvre, Directrice de la Danse de l’Opéra National de Paris. La première a eu lieu au Palais Garnier, le jeudi 3 février 2005, et y a été présentée durant tout le mois de février 2005 au cours d’une soirée partagée avec les chorégraphes Suzanne Linke et Laura Scozzi. Michèle Noiret est accompagnée de ses fidèles collaborateurs artistiques : le compositeur Todor Todoroff, le vidéaste Fred Vaillant et l’éclairagiste Xavier Lauwers, tandis qu’elle rencontre pour la première fois l’univers du scénographe et costumier français Alain Lagarde.

 

Territoires intimes
Mars 2004

La création s’inspire librement du roman Les Vagues” de Virginia Woolf. Partant des corps et de la personnalité des six interprètes, le spectacle tente de matérialiser le mouvement de leurs pensées intérieures et secrètes. Six êtres, six monologues intérieurs dont les courbes solitaires se rencontrent et s’enchevêtrent.
Les lumières, les images projetées et l’univers sonore approfondissent l’intime de chacun, jusqu’à le diffracter, multipliant l’écho de leur présence.

 

Sait-on jamais?
Mai 2003

Cette recherche intégrant deux interprètes est mise en chantier dès la fin de l'année 2002. Elle s'élabore à travers une succession de courtes résidences au Théâtre d'Angoulême et à La Ferme du Buisson. Son aboutissement a été présenté à Bruxelles du 9 au 13 mai 2003, dans le cadre du KunstenFESTIVALdesArts en coproduction avec Le Théâtre Les Tanneurs, lieu de résidence de la compagnie.

 

Mes jours et mes nuits
Avril 2002

Tout au long de la pièce, la présence de Michèle Noiret, en constante interaction avec son environnement multimédia, tient autant de la réalité physique et sensible que de la figure rêvée, de la trace fantomatique, de l’écho.

 

Twelve Seasons
Mai 2001

Pièce pour 6 danseurs et 3 musiciens. La chorégraphe explore plus avant les ressources poétiques de la technologie. La partition Tierkreis (signes du zodiaque) de Karlheinz Stockhausen reste inchangée mais Todor Todoroff, ingénieur et compositeur électro-acoustique, la prolonge d'obsédantes réminiscences. Paolo Atzori, architecte converti à la scénographie digitale, engrange de fluides images abstraites, métaphores des quatre éléments, des saisons et du passage du temps.

 

In Between
Mars 2000

Pièce pour 4 danseurs dont la chorégraphe, en collaboration avec l’architecte/vidéaste Paolo Atzori et l’ingénieur/compositeur Todor Todoroff. Une réflexion sur le concept d’imaginaire intégrant de manière interactive les technologies du son et de l’image.

 

En Jeu
Mai 1998
Pièce pour 6 danseurs. La musique originale de Todor Todoroff développe un travail sur la spatialisation et sur l'interaction du son lié à la construction chorégraphique.

 

Hisolo
Décembre 1997

Solo chorégraphié pour le danseur espagnol Emilio Gutiérrez, déjà interprète dans Les Plis de la Nuit.



Solo Stockhausen
Septembre 1997

Solo créé et interprété par Michèle Noiret sur la musique Tierkreis du compositeur allemand Karlheinz Stockhausen.



Paysage/Promenade
Mai 1997

Quatre danseuses parcourent et inventent un paysage imaginaire simultanément à travers une promenade chorégraphique dans laquelle elles sont spectatrices et actrices de la scène en devenir. Leurs parcours en tous sens créent des simultanéités étranges, font coéxister des rythmes différents à travers une polyphonie gestuelle d'impacts feutrés: temps de rêve.



Les Plis de la nuit
Avril 1996

Dans l’univers des Plis de la nuit, des présences individuelles se croisent dans un espace collectif où chaque danseur semble rester seul, comme détaché de ce qui l’entoure, de ce que pourtant il touche, de ce qui le touche, voire de ce qu’il incarne. Chacun semble fléchi dans sa présence, dans sa corporalité particulière, par un sens oblique, un infime décalage, un déséquilibre perçu dans la façon de se mouvoir, dans le regard.

 

Tollund
Octobre 1994

Ce projet se construit autour du corps et du visage de cet homme de Tollund déposé dans la tourbière au début de notre ère, après avoir été pendu, objet priviligié d’un sacrifice rituel. Aventure passionnante que de faire revivre cet être humain mort il y a deux mille ans et qui, soudain, resurgit dans l'imaginaire de la chorégraphe.

 

Langage Secret
Avril 1994

La rencontre d'Akarova et de Michèle Noiret, osmose parfaite entre les deux femmes pour un moment magique où on n'a pas l'impression de redécouvrir le passé mais bien d'y être propulsé par une merveilleuse machine à remonter le temps

 

Avna
Mars 1993

Silhouettes de femmes en contre-jour, mouvements décomposés dans la lenteur, cassure de rythmes, images arrêtées, accrochées dans l’espace, morceaux de vie intérieure échangés...

 

L'Espace Oblique
Mars 1991

Une architecture étrange, à la fois abstraite et bien présente, mobile et dialoguant avec le mouvement des quatre danseurs, évoque la ville, son ordre vertical, et puis sa part d'étrangeté, ses obliques qui obéissent à d'autres lois.

Louisiana Breakfast
Mars 1990

Coiffée d'un béret, la jeune femme s'avance avec grâce, glissant sur le sol. Sûr de lui, l'homme baisse légèrement la tête comme ces héros mystérieux des films hollywoodiens des années 50...

 

Vertèbre
Novembre 1989

Une silhouette sans visage pour donner plus de profondeur au détail du geste et aux métamorphoses du corps.

 

La Crevêche
Juin 1986

Envoûvant spectacle en écho au poème de Joseph Noiret, La Crevêche.

 

up